Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2010 - Stage été (11 au 16 juillet)

30 Juillet 2010, 15:19 Peinture - format stage Techniques créatives

Ce que fais m’apprend ce que je cherche.

Paul Klee (1879-1940)

C’est ce que je trouve qui me renseigne sur ce que je cherche.

Pierre Soulages (né en 1919)

Dimanche 11 juillet 2010 - Jour 1 – Chercher / trouver

  • Préparez 4 feuilles. Enduisez de gesso la première, et appliquez-la sur la seconde. Repassez du gesso sur la première feuille avec des coups de brosses structurés, des raclages et des griffures, de façon à obtenir deux premiers fonds à la structure typée et différente. Recouvrez la troisième feuille d’une couche de peinture noire. La quatrième reste vierge pour l’instant.
  • Pour la première feuille (fond de gesso) après séchage, préparez un mélange pigment / liant / eau d’une couleur terre foncée. Préparez aussi un seau d’eau. Tracez au spalter, en larges traits et dans l’ordre que vous voulez : 2 signes « + », 1 flèche, 1 grille, 2 parenthèses. De façon à occuper avec ces signes l’ensemble de la feuille. Laissez partiellement sécher, puis projetez violemment un seau d’eau dessus. Répétez la même opération sur la deuxième feuille, après observation du premier essai.
  • Sur la feuille peinte en noir, déposez des caches reproduisant les signes proposés. Jetez dessus avec force un blanc acrylique liquide pour obtenir une vive éclaboussure dans le cœur de laquelle les caches laisseront des réserves, avec des débordements.
  • Sur la quatrième feuille, un dessin au trait et au crayon sera fait, pour reproduire au plus près une de ces compositions.
  • Puis finition au pinceau et en couleur de chaque étude, sur ces bases associant tachisme, structure et dessin d’imitation du hasard.
Peintures de : Yolande Gerdil, Catherine Rostan, Evelyne Mimouni (cliquez pour agrandir).
Peintures de : Yolande Gerdil, Catherine Rostan, Evelyne Mimouni (cliquez pour agrandir).Peintures de : Yolande Gerdil, Catherine Rostan, Evelyne Mimouni (cliquez pour agrandir).

Peintures de : Yolande Gerdil, Catherine Rostan, Evelyne Mimouni (cliquez pour agrandir).

Je ne cherche pas, je trouve.

Picasso (1881-1973)

Demain, vous referez tout cet exercice en faisant varier :

  • Forme et nombre des caches
  • Manière de les utiliser
  • Façon de projeter la couleur (quantité, densité, choix et nombre des couleurs)
  • Façon de projeter l’eau.

 

Lundi 12 juillet 2010 - Jour 2 – Le cadre

 

Délimitez sur une des compositions d’hier, par un périmètre simple et lisible, une surface d’environ 500 à 1000 cm2. A l’intérieur de ce cadre, sans rien changer à la structure des formes présentes, vous allez les traiter avec force détails et raffinements, comme s’il s’agissait d’une miniature précieuse. Travaillez au pinceau fin, avec des couleurs vives et nettes. Augmentez les contrastes : valeurs, graphismes, teintes, etc.

Le cadre détermine l’autonomie de la peinture. On passe d’un regard à une contemplation.

Daniel Arasse (1944-2003)

Pour qu’une chose soit intéressante, il suffit de la regarder longtemps.

Flaubert (1821-1880)

Peinture de Daniel Diot (cliquez pour agrandir)Peinture de Daniel Diot (cliquez pour agrandir)

Peinture de Daniel Diot (cliquez pour agrandir)

Peinture de Virginie Valognes

Peinture de Virginie Valognes

Mardi 13 juillet 2010 - Jour 3 – Chaos et ouverture

 

Dans une feuille vierge, réservez une surface qui la traverse comme une faille. De part et d’autre de cette faille, collez solidement des matériaux hétéroclites (carton, débris végétaux, graviers, petits objets). Le collage doit avant tout être solide, en relief mais pas en volume (maxi 3 mm d’épaisseur), et uniformisé par une couche de mortier, lui-même recouvert de peinture noire, puis de liant acrylique. Par-dessus cette première couche, vous pouvez rajouter de l’outremer foncé, puis du rouge de mars, avant de frotter la surface pour obtenir un effet de patine (au choix, éponge humide sur surface quasi sèche ; papier de verre fin ou laine d’acier ultrafine sur couleurs tout à fait sèches.)

 

Quand ce chaos de matériaux, figé et unifié par les couches de peinture, est arrêté, vous enlevez le papier qui réserve la faille et peignez dans la surface découverte soit des motifs décoratifs géométriques et réguliers, soit une autre proposition jouant le contraste et la rupture.

Le chaos, mot grec, signifiait paradoxalement à l’origine : ouverture et abîme, c’est-à-dire libération.

Francis Ponge (1899-1988)

Peintures de : Françoise Fourcault, Christine Coppel, Philippe Laniepce (cliquez pour agrandir)Peintures de : Françoise Fourcault, Christine Coppel, Philippe Laniepce (cliquez pour agrandir)Peintures de : Françoise Fourcault, Christine Coppel, Philippe Laniepce (cliquez pour agrandir)

Peintures de : Françoise Fourcault, Christine Coppel, Philippe Laniepce (cliquez pour agrandir)

 Mercredi 14 juillet 2010 - Jour 4 – Couleur, forme, lumière

Choisissez un accord de deux couleurs principales, + une couleur secondaire. Créez une composition abstraite peu matiériste, en vue d’extraire un maximum de nuances dans chacune des couleurs que vous avez choisies (en pensant à Estève, Poliakoff, Rothko ?...).

  • Nuances de la couleur elle-même (teinte, intensité)
  • Nuances par : effet de touche / dilution ou concentration / étendue / contour / relation au voisinage / superpositions / actions physiques sur la couleur (frottage, patine, délavage, superpositions…)
  • Texture : fond de gesso, ou de liant acrylique, ou de papier collé / arraché, ou de mortier ; ou papier nu.
Peinture de Régis Carré

Peinture de Régis Carré

2010-07-14 couleur-forme-lumièreOption : pour les deux formes destinées à recueillir ce travail sur la couleur, choisissez des géométries existantes, dessinées par des stylistes, et que l’on n’observe jamais car elles ne sont pas considérées comme des objets esthétiques. Par exemple, des feux de voiture. Reprenez le contour de ces formes, autant que leurs lignes internes. Votre composition se détachera sur le blanc de la feuille, qui devra rester parfaitement blanc.

J’aime mieux regarder que penser.

Soren Kroyer, cité par Philippe Delerm en exergue de Sundborn ou les jours de lumière, 1996.

Peintures de Yolande Gerdil (cliquez pour agrandir)Peintures de Yolande Gerdil (cliquez pour agrandir)Peintures de Yolande Gerdil (cliquez pour agrandir)

Peintures de Yolande Gerdil (cliquez pour agrandir)

Peintures de : Agnès Le Dantec, Françoise Fourcault, Philippe Laniepce (cliquez pour agrandir).Peintures de : Agnès Le Dantec, Françoise Fourcault, Philippe Laniepce (cliquez pour agrandir).Peintures de : Agnès Le Dantec, Françoise Fourcault, Philippe Laniepce (cliquez pour agrandir).

Peintures de : Agnès Le Dantec, Françoise Fourcault, Philippe Laniepce (cliquez pour agrandir).

Jeudi 15 juillet 2010 - Jour 5 – Adam et Eve

 

Le sujet d’aujourd’hui est : Adam et Eve.

 

L’approche est : représentation schématique par assemblage de formes existantes puisées dans la réalité.

 

Dessin à la main gauche.

Klee, le peintre, s’imposait de dessiner avec la main gauche durant la journée pour être inhabile et enfantin, imprévisible.

Pascal Quignard, Villa Amalia, 2006

Reprise à la règle du dessin à la main gauche.
 

Puis découpe du dessin pour un collage en relief en vue de l’application de la technique du monotype (découpe dans un Canson épais. Collage sur une autre feuille de même grammage. Préparation de deux fonds noirs. Enduction de blanc du collage pour l’appliquer successivement sur les deux fonds noirs sans remettre de blanc.)
 

Finitions en couleur et au pinceau, à l’aide des techniques utilisées les jours précédents.
Les données de ce sujet, qui mêlent hasard et contraintes, ont pour but d’éviter un schématisme stéréotypé, pour chercher plutôt une représentation inattendue du corps humain.

Les êtres humains sont séparés en deux. L'esprit est attiré par de nobles aspirations comme la poésie et la philosophie. Tandis que le corps se tape tout le côté amusant.

Woody Allen

Peinture de Daniel Diot

Peinture de Daniel Diot

Peinture et collage de Catherine Rostan, monotype de Jeanne Salfati-Valentin (cliquez pour agrandir)Peinture et collage de Catherine Rostan, monotype de Jeanne Salfati-Valentin (cliquez pour agrandir)

Peinture et collage de Catherine Rostan, monotype de Jeanne Salfati-Valentin (cliquez pour agrandir)

Vendredi 16 juillet 2010 - Jour 6 – Rythme et désinvolture

 

Reprise du dessin de la veille, en le réorganisant, en le rythmant autrement, en l’épurant.
Travail entièrement graphique pouvant être envisagé dans les formes de la peinture aborigène, aussi bien qu’en pensant à Klee, Miró, Chaissac ou Keith Haring : traits, aplats de couleur, surfaces texturées par effets de touche, éventuellement délavages et patines ponctuels.

 

Option : créez sur votre feuille, à la règle ou à la main, une grille de 10 X 10, pour une répartition mieux rythmée des formes à assembler.

 

 

En conclusion de cette semaine de stage, deux citations pour l’éclairer :

 

 

Un jour peut-être, je me laisserai gagner par la légèreté et, pourquoi pas, par la désinvolture.

François Cheng, Le dit de Tianyi (1998)

L’inspiration : l’attente de ce qui m’attend pour naître.

Valentin Feldman, Journal de guerre 1940-41

Monotype et peinture de Yolande Gerdil (cliquez pour agrandir)Monotype et peinture de Yolande Gerdil (cliquez pour agrandir)

Monotype et peinture de Yolande Gerdil (cliquez pour agrandir)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

Haut de page