Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

2010 - Stage été (4 au 9 juillet)

30 Juillet 2010, 11:03 Peinture - format stage Techniques créatives

Chacun de nous, sa vie durant, ne cesse de s’étonner d’être précisément celui qu’il est.

Cioran (1911-1995)

Dimanche 4 juillet 2010 - Jour 1 – L’inconnu familier

 

Un des aspects du sujet proposé pour commencer ce stage est inspiré par un texte de Roger-Pol Droit dans « 101 expériences de philosophie quotidienne » : imaginez que vous vous appelez vous-même, que vous vous hélez, que vous vous cherchez, que vous vous attendez. La première étape de votre composition consistera à utiliser la forme des lettres de votre prénom, mais avec un certain nombre de décalages :

  • Vous allez inscrire ces lettres de façon à occuper l’ensemble de la feuille, que cela soit visible de loin. Visible, mais pas lisible.
  • Ces lettres ne seront pas disposées dans leur ordre normal, mais dans tout autre ordre (arbitraire, alphabétique, anagramme…) Certaines lettres seront écrites à l’envers, en miroir, ou normalement. Elles seront toutes là, mais autrement.
  • Elles seront tracées d’une manière qui relâchera le contrôle que vous avez sur leur apparence : vous préparez une peinture assez liquide, vous suspendez votre pinceau à une ficelle, et vous le traînez sur la feuille pour réaliser cette calligraphie pleine d’incertitude.

C’est votre nom que vous écrivez, c’est vous que vous appelez, vous êtes dans le familier d’un côté, mais dans l’inconnu quant à la graphie qui va se faire.

  • A partir de cette première action graphique aux résultats imprévisibles, chacun cherchera (avec mon assistance au cours du stage) quel parti-pris pictural adopter pour continuer.

Accepter ne se peut
Comprendre ne se peut
On ne peut pas vouloir
Accepter ni comprendre

On avance peu à peu
Comme un colporteur
D’une aube à l’autre

Philippe Jaccottet, Poésie (1946-1967)

Peintures de Gaëtan Prouvost, Arlette Pascal, Giuco, Oanh, Patricia Matrand (cliquez pour agrandir)
Peintures de Gaëtan Prouvost, Arlette Pascal, Giuco, Oanh, Patricia Matrand (cliquez pour agrandir)Peintures de Gaëtan Prouvost, Arlette Pascal, Giuco, Oanh, Patricia Matrand (cliquez pour agrandir)
Peintures de Gaëtan Prouvost, Arlette Pascal, Giuco, Oanh, Patricia Matrand (cliquez pour agrandir)Peintures de Gaëtan Prouvost, Arlette Pascal, Giuco, Oanh, Patricia Matrand (cliquez pour agrandir)

Peintures de Gaëtan Prouvost, Arlette Pascal, Giuco, Oanh, Patricia Matrand (cliquez pour agrandir)

Lundi 5 juillet 2010 - Jour 2 – Simplement pour être

 

Sélectionnez dans l’une des compositions d’hier un fragment proportionnel à son format (par exemple, dans un 50 x 65cm, cadrez un 10 x 13 cm, ou un 25 x 32,5 cm)
 

Créez un dessin sur papier fort (224g minimum) d’après cette sélection. Puis découpez ce dessin pour obtenir une forme en plein et une autre en creux, que vous collez chacune sur une autre feuille de papier fort. Le passage du crayonné, au dessin découpé au cutter, fera naturellement évoluer l’aspect de celui-ci. Vous obtenez ainsi deux compositions en relief, que vous recouvrez de mortier.
 

L’une de ces compositions sera réalisée avec l’idée de la garder et de la signer. L’autre avec l’intention de la laisser anonyme et de la donner. Ce choix sera opéré (et signalé au dos de la composition) avant de commencer chaque peinture, et non pas après. Pourquoi ? Pour observer l’impact de cette décision sur l’investissement que l’on met dans la réalisation de sa peinture (*)
 

La couleur sur chaque composition sera d’abord posée par des ruissellements successifs, sur le mortier humide, puis sec. La relation entre le caractère construit des formes découpées, et les contournements et débordements de la couleur, sera affinée et finalisée par le travail au pinceau.

 

(*)

L’art contemporain n’a cessé de chercher des voies nouvelles depuis plus d’un siècle : de l’impressionnisme au cubisme, du suprématisme à l’art conceptuel, de l’art minimal à l’arte povera, du pop art au graffiti, du body art au land art, … Un art anonyme et gratuit est peut-être une voie nouvelle, pour aujourd’hui ou pour demain.

 

Rendre anonyme toute œuvre et critique d’art. L’art changerait de façon aussi spectaculaire que l’interdiction d’héritage changerait le monde.

Sina Najafi, rédactrice en chez de Cabinet, magazine new-yorkais - Extrait de « Dix lavements pour l’art contemporain »

On pourrait très bien dire que l’art n’est pas obligé d’honorer le concept de propriété. Qu’il n’est pas fait pour être possédé, mais simplement pour être. ]

John Updike, Tu chercheras mon visage, 2002

Peinture de Françoise Leboullenger

Peinture de Françoise Leboullenger

Mardi 6 juillet 2010 - Jour 3 – Prendre soin
 

Prenez une peinture inachevée d’hier ou d’avant-hier. Regardez-la comme si elle n’était pas de vous mais vous était confiée. Délimitez une surface dans cette peinture (périmètre simple : cercle, carré, rectangle, losange, trapèze…) et prenez soin de cette surface.

  • Retendez le papier si besoin.
  • Recollez ce qui a besoin d’être recollé.
  • Affinez le traitement des surfaces, des contours, des couleurs, pour obtenir l’effet du neuf, du net, du frais.

La surface qui fait l’objet de vos soins attentifs ne vous appartient pas, elle vous a été confiée, et ne doit pas être séparée visuellement, plastiquement, de l'autre partie qui reste intouchée.

Peintures de Patricia Matrand, Arlette Pascal, Danielle Gaillard (cliquez pour agrandir)
Peintures de Patricia Matrand, Arlette Pascal, Danielle Gaillard (cliquez pour agrandir)Peintures de Patricia Matrand, Arlette Pascal, Danielle Gaillard (cliquez pour agrandir)

Peintures de Patricia Matrand, Arlette Pascal, Danielle Gaillard (cliquez pour agrandir)

Faire du travail un service rendu aux autres, plus qu’un moyen d’affirmer son ego.

Roland Yuno Rech, moine zen et psychothérapeute

Peindre à l’heure

 

Tout en réalisant le sujet ci-dessus, travaillez en arrière-plan le sujet suivant :
 

6 fois, à une heure pile (12h, 14h, 15h, 16h, 17h, 18h) vous posez sur une feuille de Canson 1 forme associée à 1 couleur, 1 outil, 1 geste (forme, couleur outil et geste pouvant être les mêmes ou différents). Dans les 60 minutes qui précèdent chaque geste, occupé par la réalisation de votre autre peinture, vous pensez aussi à la forme que vous allez tracer, et comment vous allez la tracer, dans quelle relation avec le format et les autres formes.

Peinture de Martine Descusses

Peinture de Martine Descusses

Une heure n’est pas une heure, c’est un vase rempli de parfums, de sons, de projets et de climats.


Marcel Proust

Mercredi 7 juillet 2010 - Jour 4 – Usage inconnu
 

Créez une composition au crayon dans l’esprit d’une nature morte : par exemple des objets posés sur une table, ou appuyés contre un mur. Mais ces objets sont dessinés d’après des détails de formes prélevés dans chacune des compositions des jours précédents. Ils apparaissent comme des pièces détachées d’objets, non comme des formes abstraites bidimensionnelles. Une fois le dessin réalisé, vous le réalisez en peinture avec une technique au choix :

  • Collage relief, puis monotype.
  • Collage relief enduit de mortier, puis travail en pâte et lavis, délavage, frottage, ponçage, patine.
  • Fond de papiers imprimés collés puis arrachés, lavis et glacis.

L’apparence des objets imaginaires ainsi créés doit permettre d’évoquer des usages inconnus.

Peinture de Giuco, Gaëtan Prouvost, Marie-Chantal Masson, Patricia Matrand (cliquez pour agrandir)
Peinture de Giuco, Gaëtan Prouvost, Marie-Chantal Masson, Patricia Matrand (cliquez pour agrandir)Peinture de Giuco, Gaëtan Prouvost, Marie-Chantal Masson, Patricia Matrand (cliquez pour agrandir)
Peinture de Giuco, Gaëtan Prouvost, Marie-Chantal Masson, Patricia Matrand (cliquez pour agrandir)

Peinture de Giuco, Gaëtan Prouvost, Marie-Chantal Masson, Patricia Matrand (cliquez pour agrandir)

On fait la perle. On est, on a le temps… On a le sourire du sabot… On a des genoux au bout des pieds… On a vendu ses monts. On a posé son œuf.

Henri Michaux, La Ralentie.

A chaque instant, l’objet t’appelle de silence pour que tu le nommes.

Alain Suied, L’Ouvert, l’Imprononçable, Suites hébraïques.

Jeudi 8 juillet 2010 - Jour 5 – Déplacement

 

Reprenez, dans une nouvelle réalisation, la composition « Peindre à l’heure » réalisée en 6 gestes sur 6 heures. En vous laissant toute liberté de la réinventer : organisation, couleurs, effets graphiques et plastiques. Le lien d’une composition à l’autre pourra être ténu, mais toujours sensible. Une nouvelle donnée est cependant apportée : la peinture sera réalisée dans un coin du jardin, ce qui suppose un déplacement, et les conséquences de ce déplacement.

 

Prévoyez matériaux, support, couleurs. Anticipez sur ce que vous allez faire, simplifiez-le éventuellement pour ne pas avoir trop de choses à déplacer, pensez aux conditions d’installation (par terre ? Sur chevalet ?...), à l’ensoleillement qui va changer au cours de votre travail.

 

Ce déplacement matériel, physique, sera aussi un déplacement mental dans votre manière de voir et faire votre peinture.

2010 - Stage été (4 au 9 juillet)

Je mets beaucoup d’ordre dans mes idées. Ça ne va pas tout seul. Il y a des idées qui ne supportent pas l’ordre et qui préfèrent crever. A la fin, j’ai beaucoup d’ordre et presque plus d’idées.

Géo Norge, Grain de sel.

Peinture de Geneviève Hily-Mane

Peinture de Geneviève Hily-Mane

Vendredi 9 juillet 2010 - Jour 6 – Comme une danse

 

Consacrez du temps à revenir sur les peintures des 5 jours précédents : d’abord pour les regarder, en elles-mêmes et dans leur enchaînement. Puis pour les finaliser en tenant compte des liens qu’elles ont entre elles. C’est le dernier jour du stage, mais rien ne presse.

S’il y a une rupture dans l’histoire morale de l’humanité, c’est le jour où l’on a cessé de considérer la vie comme une danse pour n’y plus voir qu’une course.

G.K. Chesterton (1874-1936)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

Haut de page