Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2013 - Stage printemps 1 et 2 / 6

15 Mai 2013, 07:44 Peinture - format stage Peindre avec le temps

Entre ce que je pense, ce que je veux dire, ce que je crois dire, ce que je dis, ce que vous avez envie d’entendre, ce que vous croyez entendre, ce que vous entendez, ce que vous avez envie de comprendre, ce que vous comprenez… Il y a dix possibilités qu’on ait des difficultés à communiquer. Mais essayons quand même.

[Edmond Wells, personnage de fiction apparaissant dans les romans de Bernard Werber, Encyclopédie du savoir relatif et absolu.]

1 - les peintures du stage

2013-04-30-Nelly-Lacombe-3

Cliquez sur l'image pour ouvrir l'album. Ci-dessus, peinture de Nelly Lacombe

 

2 - les textes

Au cours d’un stage, différents sujets et techniques de peinture sont abordés jour après jour. Un premier sujet est consacré à une création qui se développe au long de la semaine. Un second sujet est le point de départ d’une autre série de peintures, sur des énoncés chaque jour différents mais reliés les uns aux autres. A partir d’une idée lancée le premier matin, chaque matin suivant voit arriver une nouvelle proposition issue de ce qui a été créé la veille. La composition d’une peinture tient compte de ses équilibres internes, mais aussi de la relation avec celles qui l’ont précédé. Son format est défini par sa surface, mais aussi par le temps de son élaboration. De l’instantané à la durée, le temps est un matériau dont chaque peintre doit savoir se servir.

 

Du dimanche 28 avril au vendredi 3 mai 2013 – Une peinture en six jours (Sujet qui coure sur la semaine) 

Peinture en six jours 1/6
Sur une feuille blanche, vous disposez 5 caches de papier, destinés à réserver 5 portions de feuille vierges qui seront dévoilées et peintes l’une après l’autre, jour après jour, sans savoir à l’avance ce qui sera peint. La forme des 6 espaces ainsi définis (5 caches + le fond) sont pour moitié « presque géométriques » et pour l’autre moitié « presque non géométriques ». Ce premier jour, le fond est peint avec des couleurs qui vous sont familières, en laissant des traces de pinceau bien visibles. Quelques gouttes d’eau sont versées sur la peinture fraîche. Un délavage suit. La suite pour demain.

 

2013-04-28.29-Colette-Roullin-2

Dimanche 28 avril – En pays inconnu
Vous commencez une peinture avec les données suivantes : vous arrivez en pays inconnu. Dans ce pays dont vous ne parlez pas la langue, on vous demande de donner une idée du genre de peinture que vous avez fait, la dernière fois que vous en avez fait. Mais ce pays ne connaît pas la couleur, seulement le mortier. Donc, pour commencer, vous modelez dans cette pâte les formes, les traits, le souvenir de votre peinture en monochrome et en relief. Si vous avez besoin de représenter des formes construites, vous pouvez découper et coller des morceaux de carton à recouvrir ensuite de mortier. Vous préparez ensuite, sur une autre feuille, un fond noir. Quand votre mortier est sec, et le fond noir aussi, vous enduisez votre composition en relief de gesso pour en faire l’empreinte sur le fond noir. Avec le résultat obtenu, qui  peut apparaître comme un écho lointain de votre peinture antérieure, vous revenez en pays connu pour conclure cette composition dans le langage pictural qui vous est familier, ou en tout cas compréhensible.

La beauté arrache sans cesse des éléments à la surface inerte de l’inconnu. (J.M.G. Le Clézio)

 

2013-04-28.29-Colette-Roullin-1

Lundi 29 avril – Simplifier

Si la structure force l’imagination à entrer dans une nouvelle poétique, alors on est, en effet, en pays fertile.
Pierre Boulez, à propos de Klee.

 

Sur une feuille blanche, vous réalisez un dessin à gros traits s’inspirant de votre composition de la veille. Ce dessin traite avec autant d’importance les effets de matière que les contours des formes principales, cassant la hiérarchie des grandes lignes jusqu’aux simples hachures. Il est réalisé avec l’outil de votre choix : brosse, marker, etc. Trois options sont proposées pour exploiter ce dessin :

  • Il sert à restructurer la peinture de la veille.
  • Il reste un objet graphique indépendant.
  • Il sert de support à une nouvelle peinture considérée comme une schématisation / simplification / mise au point de votre peinture de la veille.

Ci-dessus, deux peintures de Colette Roullin

2013-04-28.29-Florence-Crespy-0-1-2-3Ci-dessus, trois peintures de Florence Crespy

 

2013-04-28.29-Jeanine-Mandille-1   2013-04-28.29-Jeanine-Mandille-2

Ci-dessus, deux peintures de Jeanine Mandille

 

 

Peinture en six jours 2/6
« Bien que ce ne soit pas le but d’un ramasse-miettes, son implémentation peut aussi faciliter l’implémentation de la persistance d’objet. » Cette citation extraite d’un article informatique dans Wikipédia n’a pas de rapport avec la peinture, mais quand on ne la comprend pas, elle témoigne d’une certaine poésie. Dans le premier cache que vous retirez, vous faites une petite peinture pour illustrer cette notion de ramasse-miettes, en y faisant persister un écho de votre peinture du jour.

 

Suite du compte-rendu de ce stage : cliquer ici

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

Haut de page