Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2013 - Stage printemps 3, 4, 5, 6 / 6

27 Mai 2013, 16:40 Peinture - format stage Peindre avec le temps

Charles Juliet considère parfois durant toute une journée la valeur qu’il accordera à un unique mot. Une pareille tâche comporte beaucoup plus de pauses, de moments incertains, de renoncements que d’instants où l’on avance. Une fois de plus, la lenteur n’apparaît pas comme le signe d’un relâchement. Elle signifie les périls (de la banalité, de la cacophonie) auxquels l’artiste entend échapper.

Pierre Sansot, Du bon usage de la lenteur, 1998

Jour 3 — Mardi 30 avril 2013 – Gestes uniques en série

Illustration : peinture de Nelly Lacombe (cliquez sur l'image pour voir tout l'album du stage)

2013-04-30-Nelly-Lacombe-1Vous préparez 4 feuilles. La feuille 1 est pliée en deux de façon irrégulière, avant d’opérer dedans des découpes pour obtenir un pochoir avec des effets de répétition et de symétrie. Vous posez ce pochoir sur la feuille 2. Vous badigeonnez l’ensemble du pochoir (pas seulement les creux) de liant acrylique ici, et de gesso là. Puis vous appliquez la feuille 3 sur le pochoir fraichement badigeonné, pour y recueillir des traces de liant et de gesso. Séparez rapidement le pochoir et les 2 autres feuilles pour qu’ils ne se collent pas entre eux. Laissez sécher. Vous avez ainsi des fonds encore blancs, mais avec des textures différentes (liant, gesso, papier nu) mises en formes par le pochoir et les effets de débordements et de pression.

Sur la feuille 2, après séchage de la texture créée, vous étalez à la brosse des zones de couleurs variées aux formes simples mais irrégulières, en laissant des blancs. Les couleurs doivent avoir une consistance entre visqueuse et mouillée, c’est-à-dire être abondamment allongées d’eau et de liant acrylique. Puis sans attendre vous raclez de haut en bas sur toute la largeur de votre feuille, au moyen d’une règle dont vous modulez la pression. Important : raclez en un seul passage, sans revenir sur vos traces, pour ne pas brouiller la fraîcheur de l’effet de raclage. Puis vous utilisez la peinture ramassée par le raclage en l’étalant sur la feuille 3, et en en rajoutant encore, pour couvrir cette feuille d’une couche colorée étalée cette fois avec une large brosse (ou un balai si vous avez). Les couleurs doivent être passée en une seule fois, pour ne pas se salir par trop de mélanges aléatoires. Sur cette couche bien mouillée mais pas seulement liquide, vous appliquez le pochoir pour qu’il y imprime ses formes, puis la couleur recueillie par le pochoir est appliquée sur la feuille 4 pour une autre empreinte.

Les effets colorés, et structurés par le pochoir, des feuilles 2, 3, et 4 sont à finir au pinceau fin, pour jouer du contraste entre la matière brute et la délicatesse des finitions.


Peinture en six jours 3/6 — Déposez une trace de vos empreintes du jour dans l’espace encore vide du 2e cache.

 

Jour 4 — Mercredi 1er mai 2013 – Arrêt sur image
Lorsqu’on a beaucoup marché, il faut s’arrêter pour laisser à l’âme le temps de nous rejoindre. (proverbe congolais)

Les trois premiers jours du stage nous ont laissé beaucoup de beaux débuts que nous n’avons pas eu le temps de finir. Et un certain chaos (fertile, mais chaos quand même) dans l’atelier. C’est le moment de faire une pause pour regarder, avec une attention neuve, ce qui a été commencé, et en imaginer la suite.

Kuo Ssu relate la manière de peindre de son père Kuo Hsi : « il avait l’habitude, lorsqu’il allait peindre, de s’asseoir près d’une fenêtre claire. Il mettait en ordre la table, brûlait de l’encens et disposait soigneusement l’encre et les pinceaux devant lui. Ensuite, il se lavait les mains, comme pour recevoir un hôte distingué. Il restait silencieux longuement, afin de calmer son esprit et de rassembler ses pensées. C’est seulement lorsqu’il possédait la vision exacte qu’il commençait à peindre. Il disait souvent sa hantise de se trouver devant sa propre œuvre avec un regard distrait. (François Cheng, Vide et plein, 1991)

Rien ne nous est donné directement. Le centre ne peut être atteint en une fois. Il faut des contournements, des retraits, des abandons, des réserves, des va-et-vient, la lente spirale des heures et leur dissolution en fumée. Il faut la solitude, le désert, l’horizon perdu de vue, l’oubli des évènements antérieurs et l’absence de recours. Tout est donné dans un temps qui n’est pas donné. (Nino Salomon, journal, Dans Le maître des paons, Jean-Pierre Milovanoff, 1997)

J’aime peindre parce que j’aime vivre (…) Le peinture a fait d’un intellectuel aux mains soignées un artisan. Elle a fait davantage : grâce à la peinture, je suis devenu l’artisan de moi-même. (Régis Carré)

 

Peinture en six jours 4/6 — A l’emplacement du 3e cache, reproduisez avec soin au pinceau le détail d’un effet de matière d’hier.

 

Jour 5 — Jeudi 2 mai 2013 – Présences secrètes
Travail sur deux techniques matiéristes : collage / ponçage — transferts. En 2 compositions, sur 2 feuilles.
Réserver au moyen d’un cache, et dans chaque composition, une forme qui dans un premier temps restera non peinte (silhouette humaine, signe d’écriture, forme géométrique simple et lisible). Taille de cette forme réservée : environ 10 % de la surface de la composition.

Pour le collage-ponçage, vous collez des bandes horizontales de papier magazine déchirées et non découpées, en les faisant se chevaucher légèrement. Collage de haut en bas, avec des bandes de largeur croissante, comme une succession de plans dans un paysage. Puis vous poncez à la laine d’acier ultrafine. Après ponçage, vous retirez le cache. Il s’agit maintenant de peindre la forme réservée de façon à ce qu’elle fusionne avec le fond, sans tout à fait s’y confondre : comme une présence secrète.

Illustration : peinture de Martine Poirier

2013-05-02-Martine-Poirier-1

Pour les transferts, vous choisissez des gros titres de journaux en limitant les couleurs (noir, blanc, rouge), et vous les enduisez de gesso pour les coller en rangs serrés. Avant le séchage total, vous arrachez les papiers collés pour ne garder que des traces inversées d’écriture, produisant une sorte de « murmure visuel ». Après cette étape, vous libérez la forme réservée par le cache, et vous cherchez à l’intégrer à la matière présente, toujours dans un esprit de présence secrète.

Les actes sont des formes vides, la vie pénètre par le secret de l’intention. (Parole soufie)

Illustration : peinture de Jeanine Mandille

2013-05-02-Jeanine-Mandille-2

 

Peinture en six jours 5/6 — Sous le 4e cache, laissez en blanc. Et répandez du blanc ailleurs, blanc couvrant, pour enlever au lieu d’ajouter.

 

Jour 6 — Vendredi 3 mai 2013 – Finir avec simplicité
Conclure les peintures inachevées des jours précédents, à la lumière de Miró :
La même démarche me fait chercher le bruit caché dans le silence, le mouvement dans l’immobilité, la vie dans l’inanimé, l’infini dans le fini, les formes dans le vide, et moi-même dans l’anonymat.

 

Peinture en six jours 6/6 — Otez le 5e et dernier cache. Choisissez une seule couleur intense. Répandez la dans toute la composition, comme une inondation, en ne laissant que des ilots des étapes précédentes. Au besoin, utilisez auparavant du gesso ou du blanc couvrant pour mieux couvrir les surfaces à inonder de couleur.
Au-delà des théories, des idées, des effets, des intentions, des échecs, des réussites, choisir la force simple, primitive et joyeuse de la couleur nue.

 

Cliquez ici pour voir tout l'album du stage

Cliquez ici pour avoir le récapitulatif de la peinture en six jours

Ci-dessous : peinture de Phil Clerc

2013-05-03-Phil-Clerc

commentaires

Haut de page