Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

88. La vie des feuilles mortes

7 Février 2013, 17:56 Peinture - format cours Techniques matérielles Collage

88b-Christiane-Bour-2006.jpgColler des feuilles mortes dans une peinture, cela vous a un petit côté école maternelle, mais après tout, mettre de la couleur sur du papier, aussi. Ayant évacué cette prévention, on peut tirer parti de la forme des feuilles, de leur structure interne et de leur texture pour produire des compositions pas si élémentaires que ça.

Pratiquement, le procédé employé dans les peintures ci-dessous consiste à coller les feuilles dans un mortier frais épais (1 volume de blanc de Meudon pour 3 ou 4 volumes de liant acrylique). Puis à retirer les feuilles avant que le mortier ne soit tout à fait sec, pour qu’elles y laissent la trace de leurs reliefs (et parfois des miettes de leur surface ce qui produit un effet supplémentaire). Il ne faut pas enlever les feuilles quand le mortier est encore humide, car les traces vont s’effacer.

Quand cette opération est terminée, il est possible de faire des lavis sur le mortier, qui fera ressortir les traces obtenues. Le lavis peut aussi être appliqué avant séchage complet du mortier, produisant une nuance différente.

Le procédé matériel étant simple, c’est à la composition qu’il faut penser. Cette technique peut servir de support à un dessin très simple comme l’a fait Christiane Bour (illustration ci-contre), cette simplicité formant un contraste élégant avec la matière brute dont elle s’extrait.

Les nervures des feuilles peuvent aussi devenir des traces d’inscriptions ou écritures imaginaires, que révèlent des lavis dans des couleurs plutôt minérales (Mireille Vincent)...

88-Mireille-Vincent-2006... Avec parfois des structures géométriques sous-jacentes (Martine Lucy)

88b-Martine-Lucy-2006

Un mortier très épais, des collages plus grossiers, produisent un effet expressif vigoureux (Nelly Bonmartin)...

88-Nelly-Bonmartin-2006 ... La forme et la couleur des feuilles elles-mêmes, si elles sont contrastées naturellement, permettent d’obtenir des effets rythmiques en sachant jouer aussi des pleins et des vides, des clairs et des foncés (Lucienne Cywier)...

88-Lucienne-Cywier-2007

... Si des feuilles enduites de liant acrylique ont été collées puis enlevées, l’empreinte de leur forme va rester, et la mise en couleur de la surface de papier, puis son délavage, font faire réapparaître ces traces, évoquant des empreintes fossiles (Joëlle Chevallier)...

88-Joelle-Chevallier-2006

... Des couleurs vives et des formes géométriques pures et dures sur le fouillis végétal peuvent aussi être un parti pris de composition jouant sur la contradiction assumée (Isabelle Bisson)...

88-Isabelle-Bisson-2006

... Plus classiquement, des couleurs automnales mais saturées colorant directement les feuilles en affirmant fermement leurs contours, associés à une petite figuration schématique comme ici le dessin de l’oiseau, donnent une composition tonique, simple et qui sonne juste (Yolande Bernard).

88-Yolande-Bernard-2006-3

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

Haut de page