Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Exercices de codification / 2

4 Janvier 2012, 12:11 Peindre en liberté n°1 - Réédition en ligne

Egyptisme ◊◊
La peinture égyptienne est une recherche de l’efficience autant que du beau. Les deux mots se traduisent d’ailleurs par le même terme : menekh. La conformité d’une image avec les codes de représentation en vigueur garantit son pouvoir de maintenir en vie ce qu’elle figure. La composition organisée, lisible, témoigne de la parenté peinture / écriture : hiéroglyphes et idéogrammes côtoient les images. La représentation n’est pas oculaire, mais se réfère à des conventions précises : tête de profil, tronc de face, etc., visant à montrer l’aspect caractéristique et général de chaque sujet. L’espace est représenté par des étagements d’horizontales. Le dessin est prépondérant, avec un contour toujours présent. Les couleurs (noir, blanc, ocres, un peu de vert et de bleu) sont utilisées en aplats et toujours selon des conventions : homme en ocre rouge, femme en ocre jaune par exemple.

Exercice : avec ces informations, interprétez égyptiquement une photo ou tout autre sujet inconnu des pharaons.

Vivent-PL1-p.76.jpg

Peinture d'Anne-Marie Vivent
 

 

Comme c’est Byzance ◊◊◊
Dans la peinture byzantine, tous les moyens formels employés tendent à dépouiller l’image de ce qui rappelle l’existence ordinaire, ses limites, son caractère changeant, ses hasards : composition géométrique, rigide, solennelle; graphisme net, sans effet naturaliste; couleurs pures et saturées. À partir de ces données, interprétez une image justement en plein dans l’existence ordinaire.

Vivent-PL1-p.77.jpg

Peinture d'Anne-Marie Vivent

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

Haut de page