Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les outils

30 Décembre 2010, 10:44 Peindre en liberté n°1 - Réédition en ligne

Pour appliquer de l'acrylique sur un support, tout est permis : vous faites par exemple un trou au fond du pot et vous laissez couler (Pollock). Après vous être livré à ce genre d'action pendant quatre ou cinq ans, vous pouvez aussi essayer les brosses, les pinceaux, les couteaux, les rouleaux, les pochons, les soufflettes, les brosses à dents, les bombes, les aérographes, les chiffons, les éponges, les balais, les doigts et tout ce qui vous tombe sous la main.

BROSSES ET PINCEAUX
Commençons par les outils traditionnels. Les brosses sont à poils durs, les pinceaux à poils souples. On les choisit selon leur qualité de poil, la forme de leur touffe, de leur manche, et leur taille.

En qualité de brosse, la soie de porc a son charme : ce poil tire bien la pâte acrylique pure et sans eau, et c'est ainsi qu'elle est la plus belle donc tout va bien. Il en existe plusieurs formes :
Brosse plate et courte (1) : pour des aplats (surfaces unies et régulières) ou des frottages.
Brosse plate et longue (2) : pour des surfaces nuancées ou modelées, et des effets de touche « humide sur humide ».
Brosse usée-bombée, ou langue-de-chat (3) : pour des modelés bien fondus.
Spalter et queue-de-morue (4) : pour des touches très larges, des fonds, et pour vernir  (illustration page suivante.) Brosse ronde (5) : pour des contours ébauchés ou suggérés par frottage.
Brosse éventail (6) : pour des balayages légers et graphiques.

NB : on ne jette pas à la rue une brosse ou un pinceau blessé (10) . En dépit de son problème, il peut toujours produire un effet bien à lui et bien à vous.

En qualité de pinceau, le petit-gris pur (7)  ou la martre (8)  souffrent avec l’acrylique mais font quand même du beau travail. Ces deux types de poils forment une pointe effilée quand on les trempe dans l'eau, de l'acrylique très diluée ou de l'encre. Ils servent donc aux détails fins, et aux lavis. Jamais aux surfaces de pâte.
Il existe aussi les pinceaux chinois, en poils de renard, de chèvre, de vison, et en moustaches de rat. Vous pouvez être sûr qu'on n'a pas encore utilisé toutes les ressources des poils contenus dans la nature pour fabriquer de nouveaux types de pinceaux.

Les brosses en nylon (9)  ou en putois conviennent à l'acrylique étendue d'eau, de même que la martre qui a la qualité d'être merveilleusement précise, solide, mais très chère. Évitez en tout cas les brosses et les pinceaux bon marché, type écolier ou débutant, sauf si vous voulez mettre toutes les chances de ratage de votre côté.

Entretien : ce n'est pas parce que certaines brosses sont en soie de porc qu’on s’en sert comme des cochons. Si vous peignez avec plusieurs brosses et pinceaux en même temps, ne laissez jamais sécher l'acrylique sur ceux et celles qui attendent. Vous pouvez à la rigueur laisser tremper les plus solides, mais les pinceaux fins et délicats comme les martres et les petit-gris, rincez-les tout de suite sans jamais les poser dans l’eau sur leur pointe. Oh combien d'écureuils, de cochons, de martres, de putois, de nylons torturés chaque année à cause de la négligence des apprentis-peintres ! Soins en cas d’urgence : acétone.

Taille: chaque type d'outils existe en 10 ou 12 tailles, mais la plupart des peintres n'utilisent couramment qu'une douzaine de brosses et pinceaux en tout et pour tout : voir illustration ci-dessous.

illus-outils-p.15-PL1-livre

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

Haut de page