Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Comment s'invente un tableau

1 Décembre 2011, 10:05 Peindre en liberté n°1 - Réédition en ligne

« TECHNIQUES CONCEPTUELLES ». Voilà une expression dont je me méfie, mais autour de ce groupe de mots, j'introduirai les petites cerises du plaisir pour le faire passer. Dès qu'on a appris quelques procédés pour manipuler la matière et les outils de la peinture (techniques matérielles), pour assembler des formes et des couleurs (techniques formelles) on est vite tenté de se prendre pour un artiste, d'autant qu'un minimum de joliesse et de ressemblance dans l'exécution séduit facilement. On peut en rester là, ou pas.

Ce chapitre s'adresse aux amateurs qui se rendent bien compte que l'imagination sans travail ressemble fort aux stéréotypes de l'imaginaire. Comment trouver sa propre expression ? Deux modes d'action restent possibles pour un amateur : le jeu d'abord. Jeu entre les sens - la vue, le toucher, etc. - et le sens. Et ensuite l'étude : quelques notions sur la structure du langage esthétique, une pincée d'histoire de l'art, pour mieux connaître et comprendre la peinture des autres, les grandes œuvres, et donc mieux choisir ses propres moyens pour peindre à son idée, à sa mesure.

Dans cette dualité jeu / étude, on rejoint la classique opposition plaisir / ordre, Dionysos / Apollon, un grand couple inséparable depuis des siècles dans le débat esthétique. Ma pratique artistique me conduit à privilégier de prime abord le jeu, le plaisir et Dionysos. Mais la rigueur dans le jeu, l'organisation dans le plaisir reviennent nécessairement.

Veeska-PL1-p.52.jpg

Leçon de choses : deux graines et un caillou découvrent l'existence des règnes.

(Yves Desvaux Veeska 1991)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

Haut de page